• Fanny Mahìngan Peltier

SPORTS CANINS ATTELÉS : PRÉPAREZ SA SAISON D’HIVER !

La neige tombe sur un couvert dense, l’ambiance est feutrée et les sentiers semblent déserts. Tout ce que vous entendez c’est le souffle de votre chien et la friction des patins, des skis ou les crépitements de vos pas sur la neige. L’extase blanche !

Je ne sais pas pour vous, mais chez AniMush nous adorons l’hiver et nos chiens aussi ! Toutefois, bien que nos chiens soient entrainés et ont de l’expérience en sports attelés, il y a plusieurs routines que nous avons adoptées depuis nos débuts pour nous assurer que la saison se déroule bien. Dans cet article, nous aborderons des notions de base pour vous permettre de découvrir de nouvelles activités en toute sécurité avec votre chien. Sans oublier tout le plaisir qui va avec !




PRÉPARER SON CHIEN

Afin d’assurer la sécurité de votre duo, il faut prendre certaines précautions ainsi que préparer son chien pour l’initier aux sports d’hiver. Sachez qu’en cas de doute sur la santé et les capacités de votre animal, la meilleure personne pour vous rassurer de ce côté reste votre vétérinaire.

Santé, alimentation et hydratation

Tout comme chez l’humain, un manque de masse musculaire ainsi que de l’embonpoint peut augmenter les risques de blessures. Par conséquent, sachez qu’il est indispensable de maintenir un poids santé chez votre chien et de vous assurer qu’il conserve une bonne structure musculaire et osseuse. Surtout pour la pratique des sports de glisse, qui demande un effort physique plus important de la part de votre partenaire.

Concernant l’alimentation, bien des régimes sont controversés et il est difficile pour la majorité des propriétaires de s’y retrouver tant les discours passent d’un extrême à l’autre. L’important est de vous assurer que votre chien métabolise bien les nutriments et que ses portions respectent bien ses besoins en dépense énergétique. Toutefois, je vous recommande d’avoir une discussion avec des personnes spécialisées en alimentation chez le chien si ce dernier :

  • élimine l’équivalent de ce qu’il ingère,

  • a des ballonnements suivis de gaz fréquents,

  • salive beaucoup et se fatigue rapidement durant un entrainement,

  • a des selles anormales (trop molles ou trop dures),

  • ne semble jamais ou rarement rassasier…

Également, sachez qu’un corps bien hydraté régule mieux sa température et récupère plus rapidement d’un effort physique. Pour les chiens qui ne sont pas de grands buveurs, vous pouvez les inciter à boire en ajoutant une petite quantité d’eau à leur repas pour faire une soupe. Évitez de lui faire manger de la neige, qui peut contenir des bactéries en plus d’être froide et contribuer à une perte d’énergie. Si votre chien a souvent tendance à manger de la neige, essayer de déterminer sa motivation. Il peut avoir soif, avoir chaud ou tout simplement aimer jouer avec.

Afin de limiter les risques de troubles digestifs et la torsion gastrique, un chien ne devrait pas manger les deux heures qui précèdent une activité physique intense et soutenue. Pour les entrainements du matin, préconisez un repas légèrement plus copieux la veille ou simplement lui donner son repas après l’activité. Il en va de même pour les entrainements en fin de journée, vous pouvez lui donner sa portion après l’entrainement ou lui donner une partie au dîner et la seconde partie après l’activité.

Après un entrainement intense ou soutenu, certains vont opter pour un bouillon d’os afin de permettre à leur chien de mieux récupérer et de s’hydrater. Ces bouillons sont offerts dans certaines boutiques pour animaux ou en ligne.

Apprentissage des notions de base

Selon le sport pratiqué ainsi que son terrain de jeu, nous pouvons nous permettre certains égarements de la part de notre chien. Toutefois, les risques de chute et de blessures diverses étant plus élevés l’hiver, mieux vaut avoir un chien qui répond très bien aux instructions. Cela prend encore plus d’importance lorsqu’on pratique un sport de glisse ou le bikejoring. L’instruction la plus importante à enseigner à son chien pour limiter les blessures est la notion de traction : apprendre au chien à bien se positionner et transférer son poids dans son harnais. Nombreux sont les chiens que nous voyons chez AniMush qui ont appris à tirer de travers et développent des problèmes d’épaules, de colonnes et autres bobos. Sachez qu’il est plus facile de conditionner que de contre-conditionner l’apprentissage d’une motion sportive.

Certes, toutes les instructions sont importantes dans la pratique des sports canins attelés ainsi que le travail des distractions. Nous voulons éviter un fâcheux accident provoqué par une course à l’écureuil. Cela étant dit, il y a deux autres instructions sur lesquelles nous mettons un point d’honneur parmi les autres :

- Easy / Doucement : pour ralentir ou descendre en douceur

- Stop/Arrêt : pour arrêter et rester en position d’arrêt ou assis

En dernier lieu, dans l’apprentissage des instructions de base, nous en profitons pour désensibiliser notre chien à différents objets en mouvement derrière lui ou à proximité : présence et mouvements de la trottinette, des skis, du vélo, des raquettes.

À chaque début de saison, nous nous assurons que nos chiens sont toujours à l'aise en présence des objets qu’ils doivent tracter et du bruit des frottements des patins, des skis ou des roues sur le sol.


Température et prévention des blessures

La température varie énormément l’hiver et certains chiens sont plus affectés que d’autres par les changements climatiques. Si votre partenaire n’a pas un sous-poil assez dense, il est fort à parier qu’il aura besoin d’un manteau pour l’aider à maintenir la température de son corps. La résistance au froid va varier selon plusieurs facteurs : santé, prédispositions génétiques, âge. Peu importe la température, il faut demeurer vigilant et s’assurer de respecter les capacités de son chien.


De plus, le soin des pattes est crucial. Les griffes doivent être bien taillées ainsi que les poils entre les orteils pour éviter l’accumulation de neige. Préconisez de l’onguent de zinc (type Zincofax) afin de protéger les coussinets du calcium et des gerçures. Sinon, une paire de bottines dites aussi booties reste la meilleure option pour protéger les pattes. Assurez-vous de bien cacher les ergots dans les bottines, car un ergot qui passe sous une croute de neige, ça peut saigner abondamment. Une scène de crime vous attend !

Plusieurs facteurs doivent être pris en compte lorsqu'on pratique des activités hivernales : condition de glisse, taux d’humidité et température, vent de dos ou de face, épaisseur du couvert de neige, dénivelé du terrain… Évitez de vous aventurer sur un terrain que vous ne connaissez pas ou que vous n’avez pas exploré depuis plusieurs jours. Une petite couche de neige sous une plaque de glace sur une pente descendante ou un sentier mal balisé dans une courbe peut se tourner en cauchemar pour votre duo. De plus, le sol doit être bien damé et avoir un fond dur. Si la couche de neige est trop molle et profonde, votre chien perdra beaucoup de stabilité et les risques de blessures sont plus élevés.

Avant et après chaque sortie, prenez l’habitude de vérifier l’état des coussinets et des griffes de votre chien. Prenez aussi quelques minutes pour le masser et vérifier ses articulations, sa flexibilité. En adoptant une série de vérifications, vous détecterez plus facilement les blessures ou douleurs chez votre partenaire. Avant l’entrainement, vous pouvez l’amener marcher une quinzaine de minutes pour lui permettre de s’échauffer et d’éliminer au besoin. Votre chien sera beaucoup plus concentré s’il a été explorer le sentier et fait sa toilette avant votre activité favorite.





LES DIFFÉRENTS SPORTS CANINS ATTELÉS D’HIVER

La trottinette des neiges

Cousine du traineau, plus légère et plus malléable, la trottinette des neiges gagne en popularité auprès des adeptes de sports canins attelés. Bien qu’elle soit plus légère, il est irréaliste de penser faire plusieurs kilomètres avec un chien de petite taille, un jeune chien ou un chien novice en sports attelés. De plus, il vous faudra aider votre chien en courant derrière, en poussant et débarquant de votre trottinette lors des montées. Alors, si vous pensez que le traineau ce n’est pas cardio, on a des petites nouvelles pour vous ! Vous allez y découvrir de nouveaux muscles et avoir chaud, mais vous retrouverez votre cœur d’enfant ! Certains modèles sont pliables et permettent d’y asseoir un enfant à l’avant. L’essayer c’est l’adopter !

Type de chien: Pour les chiens de plus de 25 livres, en bonne condition physique, et âgés de plus de 18 mois.

1-2 chiens par trottinette selon leur taille et leur force.

Équipement requis : trottinette, ligne de trait, harnais pour le chien conçu pour une traction au sol, tapis ou frein, manteau adapté et/ou booties pour le chien, casque et lunettes au besoin.

Consigne du musher : ne jamais lâcher la trottinette peut importe ce qui arrive ! Sinon, vous risquez de retrouver votre chien des mètres, voir un kilomètre plus loin. Parfois pris de panique de se faire faucher par le traineau derrière lui.


Le canicross

Le canicross est un sport de traction qui relie le chien et l’humain dans la même foulée, mais qui ne ment pas sur nos capacités l’hiver si nous avons un chien fort et motivé. Idéalement, il est préférable d’avoir de l’expérience en canicross avant de s’aventurer sur des sentiers enneigés. De plus, si vous courez avec un chien de petite taille, il vous faudra prendre en considération les conditions du terrain de jeu pour que ça soit amusant pour votre duo. Si vous êtes un canicoureur débutant, pensez à réduire vos distances pour vous habituer à courir sur les différentes surfaces qu’offrent nos conditions hivernales.

Type de chien : Pour les chiens, de toutes les tailles et âgés de plus de 8 mois.


Équipement : ceinture de canicross, ligne bungee, harnais pour le chien, runnings adaptés pour l’hiver selon votre pratique, manteau et/ou booties pour le chien au besoin.



La canirandonnée

La canirandonnée se pratique avec ou sans raquettes selon les conditions et le niveau de difficulté des sentiers. Certes, si vous avez un chien de petite taille, comme pour la pratique du canicross, il faut opter pour un parcours déneigé. Assurez-vous de bien connaitre votre parcours et d’avoir le nécessaire dans votre sac à dos selon la distance parcourue. Votre chien est fort et très motivé autant dans les montées que dans les descentes ? Enseignez-lui à descendre doucement à côté de vous pour que votre sortie soit agréable. En plus de le fatigué physiquement, cet un bon exercice ludique à faire avec lui. Amusez-vous et utilisez votre parcours pour lui apprendre différentes choses.

Type de chien : Pour les chiens, de toutes les tailles et âgés de plus de 8 mois.


Équipement : ceinture de canicross, ligne bungee, harnais pour le chien, raquettes adaptées à votre pratique ou de bonnes bottes de randonnée.


Le skijoring et le bikejoring

Ces deux sports nécessitent tout d’abord une maitrise dans leur pratique pour la sécurité du duo. Concernant le skijoring, lorsque nous ajoutons le chien à l’équation il n’est pas rare de se sentir hors de contrôle. La technique est complètement différente pour le pas de patin lorsqu’on se fait tracter. Il n’est pas nécessaire de suivre un cours de pas de patin, car ils ne vous apprennent pas à aider votre chien et votre motion sera différente à plusieurs niveaux. Toutefois, si vous êtes habile sur vos skis, vous aurez beaucoup de plaisir avec votre partenaire. Préconisez un sentier étroit si votre chien n’est pas encore tout à fait constant dans sa traction pour éviter qu’il ne se dirige de gauche à droite.

Concernant le bikejoring l’hiver, ça se pratique en Fatbike. Encore là, il faut commencer à s’habituer à bien manœuvrer ce type de vélo l’hiver avant d’y ajouter votre chien. Sinon, préconiser un sentier en ligne droite bien damé au fond dur pour vos premières expériences.

Type de chien : Pour les chiens de plus de 25 livres, en bonne condition physique, et âgés de plus de 18 mois.

Équipement particulier pour le skijoring : skis de fond sans corps de métal, harnais pour le chien, ceinture, ligne bungee avec rallonge, casque et lunettes au besoin.

Équipement particulier pour le bikejoring : Fatbike, ligne bungee pour vélo ou ligne bungee simple avec une rallonge, barre de trait, harnais pour le chien, manteau et/ou booties au besoin, casque.